•  

    Dire la vérité sur l’islam ne vous protégera pas de l’accusation d’incitation à la haine, voire du « délit de blasphème »

    PUBLIÉ PAR ROSALY LE 17 DÉCEMBRE 2019

     

     

    Alors que la gauche totalitaire progresse de plus en plus vers l’amendement ou l’abolition de la liberté d’expression, il est crucial de garder à l’esprit le fait suivant: parallèlement à la censure de tout discours jugé «politiquement incorrect » et à la mise en accusation de son orateur sous le fallacieux prétexte d’incitation à la «haine», l’application des lois islamiques sur le délit de blasphème dans le seul but de protéger l’islam de toute critique connaît un regain inquiétant.

    Tel est l’objectif de l’OCI ( l’Organisation de coopération islamique, le plus important collectif musulman du monde, regroupant 57 états musulmans, dont certains sont classés parmi les plus radicaux, appliquant la charia pure et dure. L’OCI s’est alliée à la Gauche internationale, sous l’égide d’Hilary Clinton et d’Obama, afin de promouvoir et mettre en oeuvre la censure de toute critique de l’islam (*).

     

     

    Projet largement adopté par les « élites» occidentales du multiculturalisme, qui évitent soigneusement de mentionner les origines, l’ethnie et l’appartenance religieuse des criminels, si ces derniers son des fidèles d’Allah. Dans la Grande Bretagne du XXIe siècle, où les attaques djihadistes à l’arme blanche font désormais partie du quotidien, il est interdit de se plaindre de la situation, ne serait-ce que par un simple tweet. Si vous transgressez l’ordre, vous aurez le plaisir de recevoir la visite de la police et être sévèrement réprimandé ou petite cerise très amère sur le gâteau, être arrêté si c’est votre jour de malchance. La situation est identique en Suède et en Allemagne. Achtung! La cyberpolice de la pensée veille … à ne pas froisser les sentiments délicats de la si sensible Oumma.



    Pour saisir à quel point il est inacceptable aujourd’hui de dire la vérité sur l’islam dans notre merveilleuse Société multiculturelle, si enrichie de sa belle diversité, Elizabeth Sabaditsch-Wolff a révélé son calvaire juridique en Autriche dans un livre intitulé «The Truth is No Defense» récemment publié par «New English Review Press».



    Madame Sabaditsch-Wolff est une militante autrichienne pour les Droits de l’Homme et une très courageuse activiste anti-charia. Fille de diplomate, elle a acquis une vaste expérience de l’islam, ayant vécu et travaillé dans divers pays musulmans. Elle fut même retenue en otage lors de l’invasion du Koweït par l’armée de Saddam Hussein. Elle réalisa très rapidement que la charia n’était pas compatible avec les valeurs occidentales.



    En 2009, s’exprimant devant une trentaine de personnes lors d’un séminaire intitulé: «Connaissance élémentaire de l’islam» Madame Sabaditsch-Wolff critiqua non seulement la condition des femmes dans les pays arabo-musulmans et la pratique du djihad en Iran et en Libye, mais elle osa manquer de respect envers Mahomet, l’intouchable prophète bien-aimé des musulmans. Elle assimila, en effet, le «mariage» de Mahomet avec Aïcha , une enfant à peine âgée de 6 ans à de la pédophilie, en déclarant : « De quoi s’agit-il, si ce n’est de la pédophilie ? » Elle souhaitait par là alerter sur la pratique du mariage des filles prépubères dans la culture musulmane, suivant l’exemple de Mahomet qui épousa Aïcha âgée de six ans et consomma ce mariage, quand la fillette eut neuf ans.





     

    Dénoncée par un vile journaliste présent dans la salle, adepte de la délation, elle fut condamnée en 2011 par les juridictions autrichiennes pour « dénigrement de doctrine religieuse «, infraction prévue à l’article 188 du Code pénal autrichien. Accusée d’avoir prononcé un «discours de haine» sur l’islam et qualifié Mahomet de pédophile, le tribunal jugea que son affirmation sur Mahomet était diffamatoire et insultante envers l’islam et son prophète et la condamna à une amende de 480 Euros ou une peine de substitution de 60 jours de prison, ainsi qu’aux dépens.



    Le 20 décembre 2011, la cour d’appel de la province de Vienne (Oberlandesgericht Wien) confirma le jugement de première instance.



    Commença alors une odyssée juridique kafkaïenne, qui aboutit à sa condamnation en 2013 pour avoir «dénigré les enseignements d’une religion reconnue légalement», à savoir, la seule, l’unique, l’intouchable : l’islam. Peut-on imaginer, ne serait-ce que l’espace d’un instant, qu’une personne puisse être condamnée pour avoir dénigré le christianisme? Même pas en rêve! La liberté d’expression serait immédiatement invoquée. Mais quand il s’agit de la tromperie la plus réussie de l’Humanité, le seul fait d’émettre la moindre critique, fait de vous un coupable, sur lequel s’abat impitoyable le glaive inique de la justice.



    Arguant du fait que sa liberté d’expression ne devait pas céder le pas devant le respect de Mahomet et la sensibilité religieuse des musulmans, elle introduisit alors un recours auprès de la Cour européenne des Droits de l’Homme, confiante en la justice de cette noble institution. Hélas, en Europe, il n’y a pas de Premier Amendement autorisant la liberté de parole, comme aux USA. Par conséquent, « dire la vérité n’est pas un moyen de défense» quand il s’agit de l’islam. La CEDH (dont les fondements  et les membres sont maçonniques) rendit son arrêt le 18 octobre 2018. Elle considéra que les propos en cause étaient de « nature à susciter une indignation justifiée » des musulmans et constituaient « une violation malveillante de l’esprit de tolérance à la base de la société démocratique » risquant « de mettre en danger la paix religieuse ». Elle conclut donc que la condamnation de la conférencière était justifiée au regard de la Convention européenne des Droits de l’Homme.



    Cette décision entérina le choix de la justice autrichienne de faire primer « le droit des autres personnes à protéger leurs convictions religieuses » sur « le droit de la plaignante à la liberté d’expression.» Belle hypocrisie, quand on sait que seule la critique de l’islam est punissable.



    Suite aux polémiques suscitées par cette condamnation injuste, qui portait atteinte à la liberté d’expression, la CEDH (maçonnique) accepta de reporter au 18 mars 2019 la demande de renvoi en Grande Chambre.





     

    Hélas, la décision funeste de la CEDH (maçonnique) tomba comme un couperet ce jour là. La CEDH refusa de renvoyer l’affaire E.S. contre Autriche en appel en Grande Chambre. La condamnation pénale de Madame Sabaditsch-Wolff pour avoir assimilé l’union de Mahomet (56 ans) à Aïcha (9 ans) à de la pédophilie était ainsi devenue définitive. Désormais, dire la vérité qui dérange fait de vous un criminel, surtout quand cette vérité concerne une certaine «religion».



    La CEDH (maçonnique) est cette instance de justice qui interdit à un gouvernement occidental d’expulser un terroriste islamiste vers son pays d’origine, si ce dernier risque la torture et/ou la mort. Le droit à la sécurité du djihadiste terroriste prime sur le droit à la sécurité des citoyens européens. Les Droits de l’Homme à géométrie variable, toujours en sens unique, direction La Mecque.



    La CEDH censure ainsi la critique de l’islam au nom du vivre-ensemble, mais non la critique du Christianisme, encore moins l’obscénité à l’égard des symboles chrétiens, au nom de cette même liberté d’expression. Nous vivons dans le monde de l’Absurdie! Seul l’islam transforme la raison en déraison, le bon sens en folie! La peur de l’islam plonge l’Occident dans un océan de décisions les unes plus aberrantes que les autres, toujours au détriment de nos libertés et de nos valeurs.



    Evidemment, la décision de la CEDH remplit de joie le monde musulman . Al – Azhar, la grande université de la tolérance islamique et du respect des droits de l’homme selon la charia salua sa «courageuse» décision et l’interpréta comme une condamnation générale des «blasphèmes contre le prophète». Le PM du Pakistan, Imran Khan, un modèle de tolérance islamique, qui soutient la peine de mort ou la prison à vie pour les supposés « blasphémateurs » félicita le CEDH et demanda aux pays européens de «redoubler d’efforts» pour lutter contre ces criminels de blasphémateurs occidentaux.

     

    La CEDH peut être fière du travail accompli. Par sa lâche décision , elle a fait reculer «démocratiquement» la liberté d’expression.



    Voilà à quoi ressemble le totalitarisme dans nos belles démocraties. Le délit de blasphème est de retour, conformément aux voeux de l’OCI. « Allahou akbar ! »



    «Emma et Aïcha»



    Madame Sabaditsch-Wolff se trouvait récemment à Los Angeles pour la promotion de son livre «The Truth is no Defense (La Vérité ne vous défend pas)



    Contactée par le journaliste et écrivain Mark Tapson, membre du «Shillman Fellow on Popular Culture for the David Horowitz Freedom Center» , elle accepta gracieusement de répondre à ses questions.



    Mark Tapson: « Vous préfacez votre livre en juxtaposant les vies de deux fillettes âgées de 9 ans «Emma» et «Aïcha, qui pourraient être très semblables, à l’exception des cultures dans lesquelles elles vivent : Emma vit dans la culture occidentale et Aïcha dans la culture islamique. Pourquoi avez-vous choisi de commencer le livre de cette façon?»



    Elisabeth Sabaditsch-Wolff: «j’ai choisi ces deux fillettes et leur histoire pour une seule raison: il existe des millions d’Aïcha dans le monde islamique et des millions d’Emma dans le monde occidental non (encore) islamique. Nous avons toujours le choix: voulons-nous que nos Emma deviennent des Aïcha? Ou allons-nous protéger nos Emma et les empêcher de mener la vie des Aïcha? Mon choix est clair. Quel est le vôtre?»



    MT: «Quand avez-vous réalisé pour la première fois que pour les élites multiculturelles européennes, déterminées à protéger l’islam de toute critique, dire la vérité n’est vraiment pas un système de défense?»



    EWS: ».«Je l’ai réalisé, quand au cours des procédures, le juge ajouta à sa discrétion l’accusation de «dénigrement» des enseignements d’une religion légalement reconnue . Le fait d’avoir dit la vérité lors de mes séminaires n’avait aucune importance. Cette vérité fut considérée lors de l’appel comme «une opinion excessive.»



    MT: « Au cours de votre séjour au Koweït, vous avez posé à une jeune femme koweïtienne, une question sur son abaya, son vêtement islamique et vous écrivez que sa réponse a depuis guidé votre critique de l’islam. Pouvez-vous développer.»



    ESW: «En effet, la réponse de cette jeune femme a guidé ma critique de l’islam. Nous commettons une grave erreur de croire que le hijab ou l’abaya ne soit qu’un morceau de tissu anodin. C’est au contraire un mode de vie, une partie du corps de la femme musulmane. Demandez-lui de l’ôter et vous lui coupez une partie de son corps. Il n’existe aucun compromis en ce qui concerne les vêtements islamiques des musulmanes : soit il est autorisé, soit il est interdit. S’il est autorisé, cela permet à un pays non musulman de se transformer progressivement en pays islamique. Il suffit d’observer les villes comme Londres, Bruxelles, et en particulier sa banlieue de Molenbeek, la capitale djihadiste de l’Europe, ou Berlin avec son antisémitisme désormais endémique. Le hijab a pavé la voie à la révolution islamique en Iran en 1978 et 1979. Il agit de même en Europe depuis plus de deux décennies.»



    MT: «Vous mentionnez, que les expériences vécues lors de vos séjours dans les pays musulmans vous ont convaincue, qu’il y avait quelque chose qui ne tournait vraiment pas rond dans l’islam, mais ce qui vous a réellement mise en colère fut la lecture du livre de Jaya Gopal » Gabriel’s Whisperings» (Les chuchotements de Gabriel) un livre sur la doctrine islamique en 2006 ou 2007. Pouvez-vous décrire brièvement ce qui vous avez tellement terrifiée dans ce livre?»



    ESW: «Je fus terrifiée d’apprendre que tout ce que j’avais vécu dans les différents pays islamiques n’était pas juste une anomalie humaine, comme je le pensais, mais était en fait enraciné dans la doctrine islamique. Je savais et j’avais rencontré de nombreux musulmans qui n’aimaient pas s’associer avec des non musulmans, mais également avec des musulmans d’origine non arabe, mais découvrir que cela faisait partie intégrante de la religion islamique me choqua profondément.



    MT: «Vous terminez votre livre sur une note d’optimisme et de détermination «churchillienne», mais compte tenu de la vague montante contre le Premier Amendement ici aux USA, demeurez-vous optimiste quant à la persistance d’une Amérique, phare de la liberté d’expression pour le monde, dans les années à venir?



    ESW: «Je reste optimiste, car l’Amérique possède toujours la liberté de se battre pour la Liberté, comme l’a résumé de manière très succinte mon ami Eric Metaxas. L’Amérique et Israël représentent le dernier espoir de ce monde. Les libertés américaines sont la référence en or de la Liberté. Par conséquent, l’Amérique ne doit pas tomber. Je souhaite profondément qu’en 2020, le peuple américain aille voter en gardant cela à l’esprit. Les hommes et les femmes épris de liberté comptent sur vous.»



    MT: «Quelle est votre prochaine étape dans la poursuite de ce combat? Que peuvent faire les citoyens américains pour défendre leur propre liberté?



    ESW: «Légalement, le combat pour la liberté en Europe, c’est terminé pour moi. J’ai fait ma part et j’ai perdu, au détriment du droit des Européens à la liberté d’expression. Je me concentre maintenant sur l’Amérique pour informer les Américains de l’importance du Premier Amendement. Je me tiens à vos côtés, peuple américain, dans votre lutte pour la liberté d’expression, car votre défaite sera aussi la mienne. (et celle de l’Occident) . L’Amérique ne doit pas tomber comme l’Europe est tombée. Vous avez encore vos libertés et vous devez exercer vos droits à la liberté , ces droits, qui vous ont été donnés par Dieu. Ne les tenez jamais pour acquis, jamais!»



    Et cette courageuse combattante pour la liberté a bien raison. Aujourd’hui, l’OCI et ses complices occidentaux veillent à restreindre nos libertés et à imposer le délit de blasphème, non pas brutalement, du moins pas encore, par crainte d’une révolte généralisée, mais peu à peu de manière hypocrite, fielleuse, machiavélique.



    En 2012, lors d’une conférence au Parlement européen, Alexandre del Valle, géopoliticien, spécialiste de l’islam radical et pourfendeur du politiquement correct, si cher à la bien-pensance au pouvoir, a mis en garde contre les dangers de l’OCI et « du Processus d’Istanbul» (*)

     

     

    La traduction du discours en français peut aussi être lue en cliquant sur le lien ci-dessous.



    http://www.danilette.com/article-les-dangers-du-processus-d-istanbul-alexandre-del-valle-109363346.html



    Depuis ce discours, la liberté d’expression ne cesse de régresser et l’islamisation de l’Occident de progresser, avec la collaboration de nos «élites» dirigeantes. Le délit de blasphème s’applique de plus en plus souvent de manière insidieuse, afin de ne pas effrayer les moutons Européens et ce avec la complicité de l’ONU, de l’UE, de nos gouvernements.



    Rappelons que l’objectif principal de l’OCI, financée par les pays islamiques à travers le monde et dont le siège est en Arabie Saoudite, est de faire pression sur l’Europe et les Etats-Unis en leur faisant adopter des lois qui interdiraient tout «stéréotype négatif de l’islam.»



    Depuis la fin des années 90, l’OCI a fait la promotion du très pervers «Processus d’Istanbul »qui vise à criminaliser toute critique de l’islam, en faisant inscrire dans le droit international une interdiction à l’échelle mondiale de toute critique de l’Islam et de la loi islamique, la charia.



    Au cours des dernières années, l’OCI s’est engagée dans une offensive diplomatique, tous azimuts, dans le but de convaincre les démocraties occidentales à mettre en œuvre la résolution 16-18, et a appelé tous les pays à lutter contre «l’intolérance, les stéréotypes négatifs et la stigmatisation de la religion… et de la croyance.»



    L’adoption de la Résolution 16-18, par le Conseil des Droits de l’Homme à Genève en Mars 2011 (avec le soutien de l’Administration Obama), en complément de la résolution 66-167, parrainée par l’OCI, qui avait été discrètement approuvée par l’Assemblée générale des 193 membres de l’ONU le 19 décembre 2011, est considérée comme une étape importante dans les efforts de l’OCI pour faire progresser le concept juridique international de la diffamation de l’islam.



    Dans son livre, intitulé L’Europe, la mondialisation et l’avènement du califat universel *, Bat Ye’or analyse en profondeur la relation opaque entre l’UE et l’OCI, qu’elle décrit comme une sorte de califat universel, exerçant un pouvoir important via l’UE, l’ONU et autres organisations internationales.



    Bat Ye’or y décrit un manuel de stratégie de l’OCI?: «Stratégie de l’Action culturelle islamique en Occident», dans lequel l’OCI affirme que «les communautés d’immigrants musulmans en Europe font partie de la nation islamique» et recommande «une série de mesures visant à empêcher l’intégration et l’assimilation des musulmans dans la culture européenne.»



    Selon Bat Ye’or, le califat est vivant et en pleine croissance en Europe. Il a avancé à travers la négation de dangers et «l’obfuscation » ou opacification de l’histoire. Il a progressé sur les tapis dorés dans les couloirs du dialogue, le réseau des Alliances et partenariats, dans la corruption de ses dirigeants, des intellectuels et des ONG, en particulier au sein des Nations Unies.



    Nous voilà avertis ?!



    Après le Pacte des migrations de l’ONU,( d'origine maçonnique) destiné avant tout à promouvoir légalement l’invasion musulmane de l’Occident, à quand le Pacte «non contraignant» contre l’islamophobie par l’imposition officielle du délit de blasphème pour la plus grande joie des 57 pays musulmans, membres de l’OCI??





    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.



    Sources :



    «The truth is no Defense» by M. Tapson (FrontPage Mag)

    https://youtu.be/QBio7tbCy0w

     

    ( N.B: Au sujet de la ligue des droits de l'homme qui est d'origine maçonnique voir mon article sur ce même blog,qui fournit les preuves nécessaires.Voir aussi mon article:"comment les francs maçons ont développé l'Islam dans le monde")


  •  (Source:Boulevard Voltaire)

     

    Editoriaux - Polémiques - Religion - 5 novembre 2018

    Dire que Mahomet était un pédophile est désormais interdit

    Ainsi en a décidé la CEDH

     

     

    Les États membres de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) sont les 47 États du Conseil de l’Europe, l’institution qui a établi cette juridiction internationale. La CEDH a été amenée à se prononcer, le 25 octobre 2018, sur le cas juridique posé par la condamnation de la citoyenne autrichienne Elisabeth Sabaditsch-Wolff – décision confirmée à divers degrés de l’appareil judiciaire autrichien – pour avoir déclaré, devant un parterre restreint de personnes, que le prophète Mahomet, qui avait marié Aïcha lorsqu’elle avait six ou sept ans et l’avait déflorée quand elle avait neuf ou dix ans, était un pédophile. Cela, alors que le fait qu’un homme de plus de cinquante ans ait une relation sexuelle avec un enfant tombe clairement sous la définition de la pédophilie. En conséquence, dire « ce qui est » est désormais interdit sur la quasi-totalité du continent européen, en tout cas dans certaines circonstances.

     

    En effet, la Cour européenne des droits de l’homme confirme la décision du tribunal viennois estimant que la déclaration d’Elisabeth Sabaditsch-Wolff n’est pas protégée par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme portant sur la liberté d’expression, car constituée de remarques provocatrices portant sur le “contenu de croyances et d’objets de vénération” et pouvant blesser les sentiments des tenants d’une religion. Les remarques en question peuvent être, par conséquent, considérées en tant que violation malveillante de l’esprit de tolérance. Cette institution ajoute que la Justice autrichienne a indiqué que ces remarques n’ont pas été formulées d’une manière objective mais en visant à discréditer Mahomet et qu’Elisabeth Sabaditsch-Wolff n’a pas fourni à son auditoire des informations neutres sur le contexte historique.

     

    L’instance internationale argumente que la juridiction autrichienne a été amenée à évaluer attentivement le poids du principe de la liberté d’expression de la demanderesse, Elisabeth Sabaditsch-Wolff, et celui des autres personnes à voir leurs sentiments religieux protégés. La CEDH affirme que la décision a été prise en vue de préserver la “paix religieuse” au sein de la société autrichienne.

     

    Les propos d’Elisabeth Sabaditsch-Wolff avaient été rapportés à la Justice à la suite de l’infiltration, au sein du séminaire consacré à l’islam, d’un journaliste de la presse du système ayant réalisé des enregistrements à l’insu des organisateurs.

     

    Le Forum pour la liberté de religion (Forum Religionsfreiheit Europa – FOREF), une organisation non gouvernementale (ONG) dont le siège est à Vienne en Autriche, dénonce la décision de la CEDH et estime que chaque membre de la société doit être capable de discuter de manière civilisée de sujets controversés. Le président du FOREF et expert en droits de l’homme Aaron Rhodes déclare que cette décision est une nouvelle attaque en vue de limiter la liberté de discuter de faits et d’exprimer des opinions et que cela signifie que la liberté est rognée par crainte que des personnes réagissent violemment à des propos. Il estime que ce sont les décisions de ce type qui menacent la paix et pas des discussions portant sur des points d’Histoire et de morale.

     

     

    Le directeur général du FOREF, Peter Zöhrer, déclare que la CEDH a établi une législation contre le blasphème qui sera utilisée consciemment afin de limiter la liberté d’expression des autres et d’opprimer leur liberté de croyance et de conscience. Il ajoute qu’il devrait être possible, en Autriche, de discuter de toute doctrine et pratique religieuse, mais que sur la base de cet arrêt cela paraît désormais impossible.


  •  

    Source: 

    Arkheia, revue d'histoire

     

     

    LDH : les liaisons dangereuses de la Ligue des droits de l’homme

    Par Max Lagarrigue(AUTEUR:historien,directeur et co-fondateur de la revue ARKHEA.Il est également journaliste à la Dépêche du Midi.)

     

    (Extraits de l'article)

     

    Désormais privée de perspectives révolutionnaires, une partie de la gauche et de l’extrême gauche VOIT DANS L'ISLAMISME LA NOUVELLE EXPRESSION POLITIQUE DES "DAMNES DE LA TERRE" . Ces liaisons dangereuses s’incarnent dans L'OBSTINATION TRANQUILLE DE LA LIGUE DES DROITS DE L'HOMME A PRONER UNE TOLERANCE SURPRENANTE A L'EGARD DES ISLAMISTES.Retour sur l’histoire méconnue d’une certaine gauche qui, selon le mot de George Orwell, fut « antifasciste mais pas antitotalitaire ».

    Initiée dans la foulée du fameux « J’accuse » d’Émile Zola paru dans l’Aurore – le journal de Clemenceau – la Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen (LDH) fut créée officiellement le 4 juin 1898 autour d’un petit noyau d’intellectuels protestants libéraux refusant la condamnation du capitaine Dreyfus. Son premier président, le sénateur girondin et franc maçon Ludovic Trarieux (1898-1903) avait lancé, quatre mois avant la création de la LDH, le projet de constituer une ligue pour la « sauvegarde des libertés individuelles ». La Ligue française pour la défense des Droits de l’Homme et du Citoyen est finalement créée le 4 juin 1898 1. Après la révision du procès, les dirigeants de la LDH devinrent d’ardents défenseurs de la loi de séparation des Églises et de l’État, pilier de la laïcité française. Nul doute que l’importance des contingents de FRANCS MACONS DU GRAND ORIENT DE FRANCE(GODF) adhérant à la LDH, sut influer tant sur la philosophie que sur les campagnes de l’association 2. Ainsi, le philosophe et pédagogue Ferdinand Buisson, exilé en Suisse durant l’Empire, devenu l’une des chevilles ouvrières de l’école laïque républicaine aux côtés du franc maçon Jules Ferry, partisan du vote des femmes et de la loi de séparation de 1905, donna durant sa présidence de la Ligue (1913-1926) une ampleur jusque-là inégalée dont le point d’orgue fut son élévation comme lauréat du prix Nobel de la paix en 1927. À lire son histoire, la LDH apparaît comme le « sanctuaire de la République et des républicains 3 ». Rien dans les écrits de l’historienne Madeleine Rebérioux qui fut présidente de l’association de 1991 à 1995, ne semble faire ombrage à l’association et ses dirigeants 4. Aucun régime, ni idéologie, n’aurait été épargné par les condamnations d’une association au-dessus de tout soupçon de sympathie avec quelque pays que ce soit. Pourtant, pour des raisons que nous tenterons d’expliquer, la LDH et ses dirigeants adoptèrent très tôt une attitude complaisante à l’égard du régime bolchevik. Et même en pleine période stalinienne, la Ligue ne protesta contre les procès fabriqués de Moscou, légitimant l’assassinat des vieux compagnons de Lénine par Staline.

     

     


  •  

     La PMA,la procréation médicalement assistée est un  euphémisme pour désigner en réalité l'insémination artificielle.L'insémination artificielle est utilisée depuis bien des lustres dans la paysannerie pour les vaches et les truies.Mais il fallait aller plus loin,l'homme se prenant pour dieu le père,il peut trafiquer les embryons,modifier les gènes,faire des clônes humains et même faire des hybrides entre les animaux et les humains.Jusqu'où ira la folie des scientifiques ?

     

    Quand le sperme ne vient pas du mari,la PMA est un adultère.Quand une lesbienne qui n'aime pas les hommes et se masturbe avec une autre femme et veut un enfant,celà ressort de la psychiatrie.Où est le souci de l'intérêt de l'enfant? 

    Quand un gay qui n'aime pas les femmes et pratique la sodomie avec un autre homme,veut un enfant,il envisage d'utiliser la GPA ou gestation pour autrui avec une mère porteuse,la réduisant ainsi en esclavage.Où est l'intérêt de l'enfant ? Où est l'amour relationnel ?

    Dans le cas de la PMA,l'enfant traumatisé recherchera toute sa vie son père biologique,qui comme un taureau peut inséminer des milliers de femmes.C'est de la polygamie animale.

    Les francs maçons avec leur mariage gay sont à l'origine de ce désastre humanitaire.C'est le franc maçon et maire de Bègles en Gironde, Noël Mamère qui le premier et en toute illégalité a célébré le premier mariage gay.

    Puis c'est Madame Taubira ,une franc maçonne qui est à l'origine du mariage lesbiano-sodomite dit mariage pour tous.

    Mais on n'enfreint pas impunément les lois édictées par le Créateur.Comme l'indique un  article sur l'encyclopédie Wikipédia,le Sida est apparu à San Francisco,chez 5 homosexuels,puis s'est répandu uniquement chez les homosexuels.Comme l'expliquent les savants c'est dans l'anus que prospère le virus.

    En voulant rivaliser et dépasser Dieu,les fils de la lumière comme ils s'appellent sont en réalité les fils des ténèbres,en faisant du développement de l'intellect la fin ultime de l'homme.La Vérité repose dans la loi de justice vérité inscrite dans le coeur et non dans les fantasmes de l'infra conscient.

    =====================================

     

    Voici les 3 francs macs breloqués qui font l'Annonce à Marie  du sacré enfant de l'insémination artificielle ou PMA  pour toutes qu'ils ont ardemment défendu comme nouvelle loi.

    Francs-Maçons, breloques et PMA

     

    Résultat de recherche d'images pour "grand orient de france"

    Vous les avez vus sur la photo, ces messieurs aux mines patibulaires ? Ce sont des pontes du Grand-Orient de France, Sérénissime (sic) Grand-Maître en tête (le premier en commençant par la droite). Ils défilent pour défendre la procréation médicalement assistée, comme si cette dernière nécessitait des breloques et des oripeaux pour être prônée. Le ridicule et l’histrionisme ne tuent pas. Dommage !
    C’est Casanova qui, passant par Lyon, est reçu dans ce qu’il appelle : « les bagatelles de la franc-maçonnerie ».
    Cette société, ô combien anglaise dans sa forme et son esprit, fête cette année son trois centième anniversaire. Les Français du Grand Orient de France et leurs vassaux des autres Obédiences y vont aussi de leur couplet, ce qui est pour le moins singulier de la part de pseudos francs-maçons que ne reconnaît pas la Grande Loge Unie d’Angleterre, autorité suprême qui a posé une fois pour toutes les critères de reconnaissance entre maçons, critères auxquels ne réponde aucune obédience française. *
    En France, sauf exception, les maçons sont auto-proclamés et ne constituent de facto qu’un groupe de pression politique prônant les « valeurs républicaines », les « droits de l’homme , de la femme, des invertis et des poissons rouges », bref un tas de billevesées dont d’autres s’occupent et cent fois mieux.
    La franc-maçonnerie, pour reprendre le mot de Joseph de Maistre qui en fut, est une « société de plaisir », elle se situe dans la ligne droite de l’occultisme qui fait peur aux dames et fait croire aux messieurs qu’ils sont de grands mages, gardiens de la voûte sacrée de l’arche royale et autres « bagatelles » de cet acabit. Dès le XVIIIe siècle elle cultivât en France un anti-cléricalisme viscéral et fanatique qui valut à ses membres
    l’ excommunication.
    Aujourd’hui, elle vit sur ses acquis. Si elle est toujours très prisée au Royaume Uni, elle vieillit, accuse son âge et se sclérose.
    En France, rappelons-le, elle n’est qu’un aréopage de messieurs et de dames qui s’imaginent en cerbères de l’héritage de la Révolution et sa Terreur. Prétention ridicule s’il en est !
    Le président de la république française a donc adressé ses vœux à ses messieurs-dames aux gants pas toujours propres. Il se fiche pas mal de leur soutien, de leur sympathie ou de leur critique, il sait que les véritables sociétés secrètes, celles qui comptent, sont mobiles ; un jour dans les locaux d’une banque privée, l’autre dans un palace, pas besoin de mettre un cache- sexe et s’affubler de pentagrammes, les comptes en banque et la puissance politique suffisent.
    Rassurez-vous, mesdames-messieurs, de la franc-maçonnerie notre président Macron n’en est pas. Il n’a pas de temps à perdre en bagatelles, il préfère de loin les rencontres de type Bilderberg-Davos et autres cercles de gens très au parfum qui se reconnaissent aussi par signes et attouchements. Un peu comme l’étrange pyramide qu’il esquissait le soir de sa victoire électorale.
    Le jour où régnera la pleine lumière sur ce que font et disent nos dirigeants n’est pas encore arrivé. Inutile de compter sur les francs-maçons et leurs imitateurs ; leurs petits secrets de Grands Initiés, Hiérophantes du Tabernacle ou chevaliers d’ Heredom de Kilwinning, ils les gardent pour eux !
    Qu’ils se fassent plaisir !

    (Source:skanderbergblog)


  •  

     

    Georges Clemenceau fut d'abord médecin comme son père. Il était titulaire d'une thèse de doctorat soutenue en 1865, intitulée De la génération des éléments atomiques.

    Après avoir séjourné plusieurs années en Angleterre, où il fréquenta Stuart Mill et Herbert Spencer, et aux États-Unis, il se trouvait à Paris lors de la chute du second Empire et participa, le 4 septembre 1870, à la proclamation de la République à l'Hôtel de Ville. Arago  (franc maçon)le désigna alors comme maire de Montmartre,succédant à un autre franc maçon.

     

    En 1876, il fut élu député de la Seine et prit la tête des radicaux (Le parti radical est le nid initial de la franc maçonnerie)qui siégeaient à l'extrême gauche de la Chambre. Il acquit rapidement une réputation de tombeur de ministères et combattit avec vigueur la politique coloniale de Jules Ferry. D'abord favorable à Boulanger, il s'en détacha dès que ce dernier devint suspect de césarisme.

     

    Pour défendre le régime contre le pouvoir personnel, il participa à la création de la ''Société des Droits de l'Homme et du Citoyen'' , avec Jules Joffrin.

    Ses prises de position en matière de politique sociale et sa forte personnalité lui valurent de nombreux ennemis qui se liguèrent contre lui lors du scandale de Panama, dans lequel il se trouvait indirectement impliqué, à cause de sa longue amitié avec Cornelius Herz qui avait longtemps financé son journal, et qui se retrouvait accusé d'avoir acheté plus de 100 députés pour faire voter un emprunt d'État destiné à financer la Compagnie du Canal de Suez. Il lui en coûta un échec aux législatives de 1893.

     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Cornelius_Herz

     

    Il consacra les neuf ans qui suivirent, et où il demeura éloigné de la scène politique, au journalisme, d'abord à La Justice, qu'il avait fondé avec Camille Pelletan, puis à L'Aurore, où il devint éditorialiste en 1897, et dont les colonnes lui servirent à défendre Dreyfus, notamment en publiant le célèbre « J'accuse » d Émile Zola. 

    C'est dans le salon de Sophie Szeps, la femme juive de son frère cadet Paul Clémenceau, que réunissait le cercle de tous les soutiens de Dreyfus: Émile Zola, le capitaine Georges Picquart, Marcel Proust, etc. Celle-ci était la fille Moritz Szeps, un journaliste et militant juif socialiste établi à Vienne, ennemi de l'Empereur d'Autriche, qui accueillait Clémenceau lors de ses fréquents séjours en Autriche.

     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Moriz_Szeps

     

    Son engagement dans l'Affaire devait lui gagner l'appui du parti juif et marquer son retour en politique.

     

    Élu sénateur du Var en 1902, il entre au gouvernement en 1906 comme ministre de l'Intérieur, puis, en octobre de la même année, accède à la Présidence du Conseil. Jusqu' en juillet 1909, il dirige l'un des plus longs ministères de la IIIe République, marqué particulièrement par la manière sanglante dont fut réprimée la révolte des viticulteurs du Midi.Il fusilla aussi les mineurs grévistes de Carmaux.

     

    La guerre de 1914 se prolongeant, son bellicisme et sa poigne lui valurent d'être appelé le 15 novembre 1917 par le président Poincaré pour constituer le gouvernement. Georges Mandel compose son cabinet en moins de 24 heures: Louis Nail, député du Morbihan, est nommé ministre de la justice, avec pour adjoint un inconnu, Edouard Ignace, sous-secrétaire d'État à la Justice militaire qui est chargé de traquer les défaitistes et de faire les arrestations nécessaires. C'est lui qui fit exécuter Mata-Hari, arrêter et juger MM. Caillaux, Malvy, Paul Meunier, fusiller de nombreux soldats qui se rebellaient contre l'enfer des tranchées, fit condamner le journal ''Le Bonnet rouge''.Les pauvres soldats qui reculaient lors des assauts du casse pipe,par des ordres imbéciles,étaient immédiatement fusillés.

     

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Édouard_Ignace

     

    Une très grande dureté dans la répression pour ce diabolique de l'enfer.

    Principal négociateur du Traité de Versailles, où il subit l'influence américaine, il se présenta en janvier 1920 à la présidence de la République. Son échec marqua son retrait définitif de la vie politique. Il devait consacrer les années qui lui restaient à vivre à écrire (Démosthène en 1925, Aux sources de la pensée vive en 1926, Claude Monet et les Nymphéas en 1928) et à voyager.

    Trois jours à peine après la signature de l'armistice, le 21 novembre 1918, les 23 académiciens siégeant l'élurent à l'unanimité, au fauteuil d'Émile Faguet, comme ils venaient de le faire pour le maréchal Foch(franc maçon lui aussi). Pas plus que le maréchal Foch qui partageait avec lui cet honneur, Clemenceau n'avait été candidat ni effectué les rituelles visites de présentation. Le Président du Conseil ne se montra d ailleurs guère enchanté de son nouveau statut et pas une seule fois il ne vint siéger sous la coupole, où il redoutait disait-on d'être reçu par son ennemi intime, Raymond Poincaré.

    http://www.academie-francaise.fr/immortels/index.html

     

    ---------------------------------------------------------------------------

     

    Le personnage de Georges Clemenceau, pour ceux qui croiraient que ce n' est que le nom d un porte-avion rouillé, doit faire l ' objet d un rappel. Celui que les manuels d Histoire présentent avec sympathie comme le « Père de la Victoire » mérite d être connu au-delà des louanges qu 'en fait l Education Nationale. L'histoire officielle ne révèle pas des aspects moins avouables :

    Franc-maçon (Sylvain Durand proteste : "ce qui à été n'a jamais été prouvé d'une part et a même été démenti depuis"), anticlérical acharné, Clemenceau a été l'un des combattants les plus farouches du catholicisme en France.

    L'ironie du sort a fait que la fille de cet anti-chrétien primaire est devenue religieuse : le pauvre vieux a bien failli en passer l'arme à gauche. Bien lui en aurait pris !

     

    Après avoir été l'ennemi de la France, Clemenceau a surtout été l'ennemi de l' Europe. 

    La Première Guerre Mondiale, voulue par les panslaves russes qui ont organisé le traquenard de Sarajevo qui était-lui-même approuvé par la France dans le but d 'obtenir sa revanche sur l'Allemagne, avait parmi ses partisans Georges Clemenceau.

     

    Cela était aussi l'occasion de liquider l'Empire catholique Austro-Hongrois, qui restera l'une des cibles privilégiées de Clemenceau.

    En 1917, avec l'accession de Charles 1er à la tête de l'Empire austro-hongrois, des possibilités réelles existaient et des pourparlers furent entamés entre la France et l'Autriche-Hongrie. Clemenceau, devenu Président du Conseil entre temps, au mépris des engagements pris par Briand, révéla le contenu secret de ces pourparlers, torpillant ainsi les possibilités de paix. 

    Avec une paix en 1917, des centaines de milliers de morts et de blessés européens étaient épargnés, c'est la Révolution bolchevique qui était évitée, de même que l'intervention américaine, la puissance européenne sauvegardée : on croirait rêver 

     

    Au terme de la Première Guerre Mondiale, une catastrophe européenne aussi bien pour les vaincus que pour les « vainqueurs », quelle paix allait succéder à cette effroyable guerre ? Une paix intelligente posant les bases d'une Europe réconciliée après la boucherie de 4 ans ? Hélas non.

     

    Sur décision de Clemenceau qui souhaitait écarter le Président Poincaré des négociations, l'anglais fut proclamée langue officielle des négociations de paix (l épouse de Clemenceau étant américaine, celui-ci maîtrisait l'anglais, ce qui n était pas le cas de Poincaré). C'est depuis ce temps que le français a perdu son rang de première langue diplomatique mondiale.

    Les mains libres pour décider du sort de l'Europe, la politique de Clemenceau, qui a dicté les Traités signés en 1919 et 1920, sera désastreuse. 

    Au mépris le plus complet du droit des nationalités, des peuples sont écartelés, notamment le peuple Hongrois qui perd 70% de son territoire et voit plusieurs millions de Hongrois éparpillés entre de nouveaux Etats fantoches bâtis sur les ruines de l'Autriche-Hongrie. Le peuple allemand va lui aussi « déguster » Dans le même temps verront le jour des Etats maçonniques et multi-ethniques, la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie, qui ne seront pas d un grand respect de leurs minorités (le pire cas, et souvent méconnu, est probablement celui des bulgares de Macédoine) et dont l existence n avait que pour but d empêcher la renaissance de la puissance austro-hongroise, décidément hideuse à l esprit de Clemenceau, puisque catholique.

    L'Europe issue de Versailles est complètement défigurée et déséquilibrée. Elle est à peu de choses près l'Europe d'aujourd hui, dont les conflits de nationalités (surtout en Europe centrale) continuent d'être les poisons entre les peuples, conséquence directe de l'après-première-guerre que 50 ans de communisme n'ont fait que mettre en parenthèses.

    (trouvé sur le net / Apollon) 

    Contrairement à la plupart de nos actuels dirigeants, c'était un homme d'esprit : La France est un pays extrêmement fertile. On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts, ou encore, Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque : les plus hauts placés sont ceux qui servent le moins."...(Promethée)

     

    Georges Clemenceau fut externe des hôpitaux de Paris et admis comme interne provisoire mais ne put obtenir l'internat, comme Léon Daudet plus tard...(Promethée)

     

    (Source:Généanet,avec quelques ajouts de notre blog)





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique