• Les 3 points et le capitalisme

    Dans son livre "l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme",Max Weber met en lumière le ressort principal de cette mécanique infernale qui sévit depuis plusieurs siècles:le capitalisme.

    Luther et Calvin ont  extrapolé et dénaturé certains passages de l'Ecriture.

    Ils ont fait du travail,la vocation de l'homme et une tâche voulue par Dieu.Ils ont déïfié le travail.

    En opposition à ceci,le catholicisme prêche plutôt,le détachement,le renoncement aux biens de ce monde,la vie monastique,la vie de pauvreté.

    L'esprit  protestant rejoint ainsi le judaïsme qui voit dans les richesses le signe de la bénédiction de Dieu.

    Le capitalisme est la recherche du profit maximum et de l'accumulation du capital,par l'exploitation du travail des salariés,ainsi que des ressources naturelles.

    Le marxisme,d'où dérive le socialisme qui doit aboutir au communisme est aussi un capitalisme,mais c'est un capitalisme d'Etat.

    C'est ainsi que le théoricien Engels,collaborateur de Karl Marx a écrit:"Seul le travail révèle l'homme"

    La franc maçonnerie,doit son nom aux franchises données par les papes aux moines bâtisseurs constructeurs de cathédrales.

    Après la mort de Christophe Wren , Grand Maître Architecte de la cathédrale St Paul à Londres,survint un quasi coup d'Etat.

    Ce sont les pasteurs protestants Désaguliers et Anderson qui prirent le pouvoir.

    Ils firent disparaître les anciens statuts (old charges) et rédigèrent de nouvelles constitutions,dites "Constitutions d'Anderson".

    C'est Benjamin Franklin,l'inventeur du paratonnerre,affilié à la loge maçonnique "St John de Philadelphie" en Février 1731,qui imprima  en 1773,"les Constitutions d'Anderson."

    Le père de Benjamin Franklin était marchand de chandelles et de savons.

    Voici ce que Benjamin Franklin écrit:

    "Le temps,c'est de l'argent,

    le crédit,c'est de l'argent,

    Le bon payeur est maître de la bourse d'autrui,

    Il faut aussi assiduité au travail et frugalité.

    Ensuite,ponctualité et équité dans les affaires.

    Tu augmenteras ton crédit en étant scrupuleux et honnête.

    Tiens un compte exact de tes dépenses et revenus.

    Economise même le plus petit sou,tu découvriras que les dépenses petites et insignifiantes s'enflent jusqu'à faire de grosses sommes."

    Voilà le genre de préoccupations de cette franc maçonnerie qui se dit humaniste.

     

    Mais on atteint le summum du capitalisme avec Henry FORD,membre de la loge maçonnique "Palestinia" de Détroit,en 1927.

    C'est Henry Ford qui est à l'origine de l'invention du travail à la chaîne.

    Charlie Chaplin,dans son film "les temps modernes" a été le premier à dénoncer  ce manque d'humanisme du travail à la chaîne qui rabaisse l'homme à l'état de robot,de sous prolétaire et de sous humanité. 

    Le but du capitalisme n'est pas de satisfaire les besoins mais de faire surconsommer,faire une production de masse,par l'exploitation de l'homme.

    Le résultat inéluctable est la surproduction qui a engendré la crise de 1929 qui s'est prolongée jusqu'à la deuxième guerre mondiale.

    Dans le domaine agricole,c'est aussi la surproduction,à tel point qu'on décide des quotas et que l'on "gèle des terres" obligatoirement mises en jachère.

    Le surplus est jeté pour ne pas faire baisser les cours et le problème de la faim dans le monde et même en France n'est pas réglé.

    S'il n'y avait pas de faim en France,on ne verrait pas se développer  de plus en plus "les restos du coeur" de Coluche,dont la mort par,officiellement accident de moto, reste bien suspecte. 

    La franc maçonnerie se targue d'humanisme mais elle est gangrenée,par les marchands,les épiciers,les bouchers,les bistroquets,les affairistes de petit et grand niveau.

     

     

     

     

     

     

     

    « Francs maçons,FNSEA ou les fossoyeurs de la paysannerieLa mafia 3 points et la première guerre mondiale »