• Les banquets maçonniques ou les chevaliers de l'estomac

     

    Maçonnerie De Lodge Franc Maçon Photos & Maçonnerie De Lodge Franc ...

     

     

     

     

    « Ce sont de fort jolis garçons / Qui ne s’unissent que pour boire / Là se réduit tout le grimoire / Des francs-maçons », chantaient déjà les camelots du Pont-Neuf à la fin de l’Ancien Régime. Quand on ne les accuse pas d’accaparer le pouvoir, les « chevaliers de l’estomac » sont tournés en dérision pour leur goût de la bonne chère.

    Avec leur « rituel de table » et leurs « travaux de mastication », les francs-maçons semblent il est vrai donner dans l’inversion de leur propre règle. La table est l’atelier, les chaises deviennent « stalles », le sel « sable » et le poivre, « ciment ». Chaque frère, acquittant son « triangle » (participation), va « dégrossir » (découper) la « pierre brute » (le pain) ainsi que les « matériaux » (les mets), armé de son « glaive » (couteau), de sa « pioche » (fourchette) et de sa « truelle »(cuiller). Outre le « drapeau » (serviette) et la « tuile » (assiette), il dispose d’un « canon » (verre) qu'il « charge » (remplit) pour « tirer une santé », à coup de « poudre forte » (vin) et de « poudre fulminante » (liqueur). En guise de chanson à boire les frères du XIXe siècle entonnaient La Nouvelle Marseillaise : « Aux armes, mes amis / Déchargez VOS CANONS,TIREZ,TIREZ A LA SANTE

    DE TOUS LES VRAIS MAçONS.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Mamère est mon Monpère et le père Noël nous a apporté l'enfant jésusLa franc maçonnerie ou l'église de la République échappe à la loi de 1905 »